Pour mieux observer l’évolution des prix sur les marchés, l’utilisation d’un indice est nécessaire. Pour le cas des matières premières, on peut se servir de l’indice Reuters-CRB.

Description

L’indice Reuters-CRB figure parmi les différents indices de prix consacrés aux matières premières. En 1957, il était calculé par le Commodity Research Bureau. Ce n’est qu’en 1958 que l’indice fut publié par le CRB Commodity Year Book. Initialement, cet indice regroupait 28 matières premières différentes, dont 26 circulaient sur...



les marchés canadiens et américains. Les deux restants étaient échangés sur ce que l’on désigne par marchés spot. Cet indice tenait compte de plusieurs matières si l’on ne cite que les pommes de terre, le zinc, le sucre, l’orge, le germe de soja, le maïs, le blé, le cuir, l’oignon, l’avoine, les œufs et les saindoux.

Historique

La conception de l’indice Reuters-CRB avait principalement pour but de produire une représentation dynamique d’ensemble des tendances remarquables en ce qui concerne les prix des matières premières. Et pour que l’indice puisse bien accomplir son rôle de manière durable, sa composition a été réajustée régulièrement ainsi que la formule de calcul. Ceci, afin que cet indice puisse montrer non seulement les évolutions d’activités, mais également les évolutions structurelles des marchés de ces matières premières. Depuis l’année 1957, cette modification a été réalisée neuf fois.

Composition

Suite aux nombreuses révisions de la composition de l’indice Reuters-CRB, on a pu recenser des prix d’à peu près 19 matières premières. Il est à noter que ces prix sont tous cotés sur les marchés d’échange CME, LME et NYMEX. Il faut aussi savoir qu’on a agrégé ces prix en quatre grands groupes. Ce sont notamment le groupe des actifs très liquides, le groupe des actifs liquides, le groupe des hydrocarbures et enfin le groupe des matières premières diverses.

Les pour et contre de l’indice Reuters-CRB

L’indice de prix Reuters-CRB fait partie des indices les plus observés aux États-Unis. Un de ses avantages est qu’il permet de mesurer l’aspect spéculatif global au niveau des variations de prix sur des périodes courtes. En revanche, l’inconvénient de cet indice est que son avenir ne tient pas compte de son passé. En outre, ses prix sont calculés à l’aide de la moyenne géométrique et non de la moyenne arithmétique.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *