On distingue un grand nombre d’indices boursiers utilisés à travers le monde. Ils peuvent être classés en plusieurs catégories, dont les indices boursiers pour les marchés émergents.

Le S&P/IFCI

Dans un premier temps, il y a l’indice qu’on désigne par le nom S&P/IFCI. Il s’agit d’un indice boursier dont le développement est sous la responsabilité de l’agence Standard & Poor’s. On l’utilise dans le but de reproduire la performance des sociétés présentes sur les...



marchés émergents. La composition de cet indice n’est pas vraiment connue en détail. Mais ces dernières années, on comptait environ 1575 sociétés bien distinctes en provenance de 22 nations différentes. Parmi les composants principaux, on ne peut s’empêcher de citer le Brésil, le Taïwan, la Corée du Sud et la Chine. Il est à noter que plus de la moitié du S&P/IFCI sont représentés par ces quatre pays.

Le S&P/IFCG Extended Frontier 150

Parmi les indices boursiers des marchés émergents figurent le S&P/IFCG Extended Frontier 150. C’est le Standard & Poor’s qui s’occupe également du développement de cet indice. Cet indice boursier a été créé afin de montrer la performance des sociétés appartenant aux pays émergents qui ne sont pas considérés dans l’indice S&P/IFCI.

Le MSCI Marchés Émergents

Enfin, il y a l’indice MSCI Marchés Émergents. On le reconnaît également sous le nom de MSCI Emerging Markets Index. Cet indice boursier permet d’observer la performance des marchés boursiers dans les pays dont l’économie est émergente. En général, le MSCI Marchés Émergents tient compte de 21 nations émergentes à travers le monde.

Il faut savoir qu’il est pondéré non seulement par le flottant, mais aussi par la capitalisation. D’après les données les plus récentes, cet indice boursier recense à présent près de 820 moyennes et grandes capitalisations. Il assure la couverture d’à peu près 84 % de la capitalisation après que celle-ci a été ajustée au flottant des nations qui sont prises en compte dans l’indice.

En principe, la révision de cet indice est réalisée chaque trimestre. Après un trimestre, on recalcule donc les pondérations. D’abord, on examine l’univers en se concentrant sur la liquidité. Puis, on le mesure en prenant comme base la fréquence et aussi la valeur des échanges.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *